Aléa

Détournement d'une machine à écrire, destiné à remettre en question le côté prévisible et régulier de la dactylographie. Le programme intègre 260 caractères différents dessinés à la main, soit 10 possibilités pour chacune des lettres de l'alphabet. Il m'a paru intéressant de confronter cet objet caractéristique d'une écriture répétitive, mécanique et dépersonnalisée, avec des typographies manuscrites dont le corps et la chasse varient à chaque frappe.

Un même mot pourra donc être écrit de milliers de façons différentes. Les typographies sont manuaires, la frappe est mécanique. Le numérique apporte la dimension aléatoire et à la fois impalpable du dispositif. Programme réalisé sur processing.

Des photographies pour comprendre le fonctionnement de l'objet sont disponibles en bas de page.